La Grande Écurie du Roi

Projet de recherche, reconstruction des instruments et restitution de leur répertoire à la Cour de Louis XIV et Louis XV.

Ecurie VersaillesDu vivant des rois de France Louis XIV et Louis XV aux XVIIe et XVIIIe siècles, la «Grande Écurie» représentait l’un des départements les plus importantes de la Musique du Roi. (L’image montre le dessus de porte du portail de la Grand Ecurie à Versailles, construite par Jules Hardouin-Mansart et achevée en 1682). Il y avait à l’Ecurie cinq groupes de musiciens qui étaient désignés selon l’instrument utilisé : «Trompettes»,  «Violons, hautbois, saqueboutes et cornets», «Hautbois et musettes du Poitou», «Fifres et tambours»,  «Cromornes et trompettes marines».
Ces ensembles sont très bien documentés dans les archives royales sur une période de plus de 100 ans. Parmi les musiciens, on compte des personnalités de premier plan de la musique française, comme par exemple les Philidor, Hotteterre, Chédville, Loillet, mais aussi Charpentier, Dieupart, parmi bien d'autres. On s’étonne donc d’autant plus de ne pas savoir, ni pour les cromornes et trompettes marines, ni pour les fifres et tambours de quels instruments il s’agit exactement et dans quel contexte musical ils étaient utilisés.


Les travaux préliminaires effectués par Thilo Hirsch et Vincent Robin (qui ont mis à profit l’accent mis sur la France lors de l’année académique 2004/2005 à la Schola Cantorum Basiliensis) constituent une bonne base de départ pour définir les enjeux de ce projet qui a pour but de contrebalancer l’actuelle progression de la «standardisation» dans le domaine de la pratique musicale historique.


La participation de musicologues et musiciens qui effectuent des recherches sur les différents ensembles de la Grande Ècurie, et d’autre part la collaboration de partenaires actifs dans différents domaines de la pratique (facteurs d’instruments, Musée de la musique de Bâle, ensemble arcimboldo, IRPMF-Paris, musiques suisses), ont créé une synergie propice pour atteindre les objectifs de ce projet : une restitution sonore de la Grande Ècurie en ce qui concerne les instruments utilisés et la pratique d’exécution qui y est associée à leur répertoire. Il s’agit finalement de l'exploration et de la mise en lumiére d'un nouveau « champ » de la musique ancienne.


Ce projet, financé par le Fonds National Suisse (programme DORE), s'est déroulé sur deux ans. Le résultat des recherches sera présenté lors de deux colloques à la Schola Cantorum Basiliensis et sera accessible sur son site. Il fera également l'objet de publications sous forme de livre et de CD.

Actions sur le document