Manesson-Mallet, Allain (1630-1706): Les travaux de Mars, Trompette, 1696

 


Manesson-Mallet, Allain (1630-1706): Les travaux de Mars, Trompette, 1696

GE-00113

Oeuvre d'art

"Du Trompette, & de la Trompette" (Allain Manesson-Mallet: "Les Travaux de Mars ou l'art de la guerre", La Haye (Moetjens) 1696, Tome III, p. 97.



1696

1650-1700

France

Paris

Paris, Musée de l'Armée

26249

Allain Manesson-Mallet (1630-1706) commença par porter le mousquet dans le régiment des gardes de Louis XIV, puis devint ingénieur et sergent-major d'artillerie au Portugal. Nommé à son retour maître de mathématiques des pages de la petite écurie du roi, il obtint le 13 octobre 1670 le privilège des "Travaux de Mars" publiés l'année suivante. L'ouvrage avait reçu auparavant l'approbation de Mezeray, conseiller et historiographe du roi et membre de l'Académie française. Manesson-Mallet y fait un cours complet sur la fortification, chaque page de droite portant une planche, dont la plupart ont un sujet topographique. Les "Travaux de Mars" furent réédités en 1685, en 1691 et en 1696.

Allain Manesson-Mallet, "Les Travaux de Mars ou l'art de la guerre", La Haye (Moetjens) 1696, Tome III, p. 96:
"Du Trompette, & de la Trompette. Le Trompette est un homme de cheval commis pour sonner de la Trompette, d'où il prend son nom. La Trompette est un des plus agreables instrumens militaires que nous ayons; elle est faite d'argent, de roiette, ou de cuivre rouge, & le plus souvent d'airain. Le corps de la Trompette est formé d'un long Tuyau doublement courbé, comme est le marqué A. Les plus considerables parties de la Trompette & de ses ornements sont L'Embouchûre B. Le Bouton C. Le Pavillon D. Un Cordon de soye, d'or ou d'argent E. La Sourdine F. & Sa BanderolleG. C'est sur cette Banderolle que l'on peint, ou l'on brode d'ordinaire les Armes du Mestre-de-camp, à qui appartient le Trompette. Le Trompette doit être un homme de fatigue & vigilant, pour être prest à toute heure d'executer les Commandemens de sonner, dont les plus considerables sont, Le Boute selle ou à cheval, pour avertir les Cavaliers qu'ils ayent à s'aprêter. A l'Etendard, pour monter à cheval. L'Appel, pour redresses les Troupes quand elles se perdent de nuit, ou pour se faire reconnoitre. La Marche. La Charge, quand il est question de se combattre. La Retraite, quand il faut se retirer. Le Guet, aussi tôt quel'ordre est distribué. La Sourdine, quand il faut marcher à petit bruit. Chaque Compagnie de Cavalerie doit avoir son Trompette, qui porte la livrée du Prince ou du Colonel à qui appartient le Regiment. Il doit toûjours être logé ou campé avec sa Compagnie. Il prend d'ordinaire l'ordre du Maréchal des Logis. Le Trompette doit être un homme discret, principalement quand il est employé dans les Pourparlers, où il ne doit jamais se servir d'autres termes que de ceux dont il est chargé, & ne s'ingerer jamais de donner aucun conseil; afin que dans les Conferences & dans les Traitez on ne trouve point d'ambiguité ni sentimens contraires à ceux qu'il a proposez."


estampe

papier, gravure

Musique à la cour, Trompettes, Gardes du Roy, Grande Ècurie

Actions sur le document