Manesson-Mallet, Allain (1630-1706): Tambour, 1696

 


Manesson-Mallet, Allain (1630-1706): Tambour, 1696

GE-00111

Oeuvre d'art

Du Tambour (Allain Manesson-Mallet: "Les Travaux de Mars ou l'art de la guerre", La Haye (Moetjens) 1696, Tome III, p. 13.)



1696

1550-1600

1671

1696

France

Paris

Paris, Musée de l'Armée

26249

Allain Manesson-Mallet (1630-1706) commença par porter le mousquet dans le régiment des gardes de Louis XIV, puis devint ingénieur et sergent-major d'artillerie au Portugal. Nommé à son retour maître de mathématiques des pages de la petite écurie du roi, il obtint le 13 octobre 1670 le privilège des "Travaux de Mars" publiés l'année suivante. L'ouvrage avait reçu auparavant l'approbation de Mezeray, conseiller et historiographe du roi et membre de l'Académie française. Manesson-Mallet y fait un cours complet sur la fortification, chaque page de droite portant une planche, dont la plupart ont un sujet topographique. Les "Travaux de Mars" furent réédités en 1685, en 1691 et en 1696.

Allain Manesson-Mallet: "Les Travaux de Mars ou l'art de la guerre", La Haye (Moetjens) 1696, Tome III, p. 12:
"Du Tambour. Le Tambour est une personne qui par le bruit de sa Caisse avertit le Soldat de son devoir, ou de quelque Ordre nouveau. La Caisse A, que le vulgaire appelle mal-à-propos Tambour (puisque c'est le nom de celui qui la porte) est un Instrument Militaire fait d'une ou de deux planches de châtaigner, jointes ou tournées en figure cilindrique, creuses en dedans, & couvertes par leur extrémitez de deux peaux de veau, que l'on bande ou lâche par le moyen de plusieurs serres B, & cordes C, qui tiennent à deux cercaux D, pour faire tenir les peaux contre le corps de la Caisse. Le Tambour, pour rendre le son de sa Caisse plus harmonieux, attache au dessus de la peau inferieure un timbre ou corde à boyau E, qu'il fait tenir par le moyen du cerceau. Les Baguettes du Tambour F, sont longues de quinze à dixhuit poûces; elles sont d'ordinaire d'un bois fort dur & net, comme est le poirier, le bois d'Inde, & l'ébéne. Les Batteries du Tambour sont diverses selon les differentes occasions qui se rencontrent, dont voici les plus ordinaires: Battre la Diane, est le Batterie que les Assiegeans & quelquefois les Assiegez font à la pointe du jour. Battre au Champs, est pour avertir qu'on doit marcher ce jour-la pour quelque occasion, c'est ce que l'on nomme d'ordinaire le Premier. Battre le Dernier ou l'Assemblée, c'est pour avertir le Soldat de se ranger promptement sous le Drapeau. Battre la Marche, c'est pour marquer qu'on a pris ses rangs & que l'on part. Battre la Fricassée, c'est pour avertir que l'on leve ou que l'on pose le Drapeau, ou c'est pour faire avancer un Bataillon dans une Bataille rangée, ou l'en retirer. Battre la Charge ou la Guerre, c'est pour l'avertir de faire feu. Battre la Retraite, c'est pour l'obliger à cesser de tirer, & à le ranger au Drapeau, au Bataillon, ou à son logement. Battre la Chamade, c'est quand on veut appeller quelqu'un. Battre un Ban, c'est quand on veut publier quelque Ordre nouveau, recevoir un Officier, ou châtier quelque Soldat. Appeller, est pour avertir le Soldat de venir au plus vîte prendre les Armes pour faire parade devant quelque Officier considerable qui va passer."


estampe

papier, gravure

Musique à la cour, Tambours, Gardes du Roy, Grande Ècurie