Direkt zum Inhalt | Direkt zur Navigation

Benutzerspezifische Werkzeuge

 

Compardel, Étienne (~1655 - ~1690): Antiphonaire de Notre-Dame de Paris, 1669

 


Compardel, Étienne (~1655 - ~1690): Antiphonaire de Notre-Dame de Paris, 1669

GE-00163

Antiphonaire de Notre-Dame de Paris, 1669



1669

1650-1700

Frankreich

Paris

Il s’agit d’une enluminure ornant un antiphonaire, qui était un grand livre de chœur à destination des chantres de Notre Dame de Paris.

Instrument décrit: Cromorne (basse ?).
Instruments associés: Luth, viole (basse ?) et son archet, hautbois (pavillon), flûte à bec ( ?), serpent, orgue positif.

Description sommaire de l’œuvre:
Chœur d’anges au milieu de divers attributs de la musique d’église. La composition est une sorte de grand trophée posé sur un pré d’herbe verte avec en son centre un orgue et, partant de son piétement, répartis symétriquement de part et d’autre : deux bâtons cantoraux (le bâton cantoral est un insigne réservé au chantre, servant à diriger le chant et à faire respecter l’ordre à l’intérieur du chœur), deux cromornes, deux serpents, une viole et son archet, un luth, deux livres ouverts d’où dépassent des pavillons d’instruments à vent (hautbois, flûte ?). Les quatre anges sont représentés en action : deux tiennent un rouleau de papier dans une main (pour diriger le chant), un autre chante en lisant une partition et le dernier joue d’un instrument à vent (flûte à bec ?).

Description du cromorne:
Les deux cromornes diffèrent l’un de l’autre. Celui de droite est en bois sombre (ébène ?) à viroles claires (ivoire ?) ce qui indique que l’instrument est constitué de quatre parties emboîtables. Notons que le pavillon entièrement de couleur claire. Ile cromorne possède en outre un long bocal, probablement en deux parties comme l’indique une bague moulurée, située en son milieu, au niveau de l’intersection avec le bocal du serpent. On distingue, à l’extrémité du bocal, l’anche de l’instrument avec une protubérance qui est représente peut-être une pirouette.
Le cromorne de gauche est en bois plus clair, avec des viroles d’ivoire également, d’après lesquelles il serait constitué de cinq éléments amovibles. Les décors du pavillon rappellent les motifs de feuilles d’acanthe sculptés sur les hautbois des trophées de la tribune de la chapelle royale à Versailles.
En dépit de certains détails de facture, comme ceux observés sur le bocal du cromorne de droite, on constate certaines approximations, comme le nombre excessif de trous de jeu sur les deux instruments.

Illustrations:
vue générale (couleur) ; bandeau (noir et blanc) ; cromorne gauche ; cromorne droit ; bocal.


Buchmalerei

Gouache, Pergament

Musique de la chapelle, Grande Ècurie, Cromornes, Hautbois

Artikelaktionen