Direkt zum Inhalt | Direkt zur Navigation

Benutzerspezifische Werkzeuge

 

Notionaire, ou Mémorial Raisonné de ce qu'il y a d'Utile et d'Intéressant dans les Connoisances acquises depuis la Création du Monde jusqu' à présent

Le Notionnaire de Garsault n’est pas un ouvrage traitant uniquement de musique. Il y est aussi question, par exemple, des jeux de société. Le mode de sélection des informations rassemblées est à l’évidence directement lié aux centres d’intérêt de l’auteur. Dans la partie « Des instrumens de musique », Garsault donne souvent des commentaires personnels, particulièrement intéressant dans la mesure où ils témoignent de l’évolution du goût musical en France dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Les instruments de musique sont classés selon leur usage. Le cromorne figure dans la catégorie des instruments « hors d’usage ». Description du cromorne: Le cromorne est décrit comme étant la contre-basse du hautbois, le basson étant pour Garsault la basse du hautbois. Pourtant la tessiture du cromorne n’est pas plus grave que celle du basson. Il faut donc comprendre le sens du mot contre-basse en fonction de son usage qui est de soutenir les basses dans les grands chœurs. Le cromorne représenté sur la planche est composé des éléments suivants, partant du haut de l’instrument : Anche, pirouette (?), bocal, corps supérieur, corps central, manchon pour le ravalement et pavillon évasé. L’instrument des doté des clés suivantes : Face antérieure : clés pour les trous de jeu 1, 3, 4, 6, clé de mib et clé de do. Face postérieure : clé de liaison, clé de sol #, clé de si/sib grave. Remarques:    Ce modèle de cromorne peut être rapproché de deux instruments conservés, l’un estampillé « C. DELUSSE » conservé au musée de la musique de Paris, l’autre estampillé « I.C. HEISE » conservé à la Blasmusik-Akademie de Kürnbach. Texte: p. 627 : « Les différentes embouchures […] L’anche. L’embouchure du Haut-bois, du Basson & du Cromorne, est un anche […] Nota : Comme l’anche du Haut-bois se met et s’enfonce dans un trou qui est au haut de sa tête ; pour le faire, on roule sur le mandrin avant de le lier, une petite lame de cuivre sur laquelle on lie le bas de l’anche, auquel elle reste, afin qu’il ne s’aplatisse pas quand on l’enfoncera dans le trou, ce qui ne se fait pas pour l’anche B. du Basson & celui du Cromorne, parce que leurs serpentin ou boccal entre dans la queue de l’anche ». (voir illustration) p. 658 : Instrumens hors d’usage en France ; mais qui peuvent y revenir. Le cromorne. Le Cromorne AA. est un instrument à vent & à anche. C’est la contre-basse du Haut-bois. Il consiste en un tuyau de bois de six pieds de haut, qui va toujours en s’élargissant comme le Haut-bois. Il est percé d’onze trous (dont il n’y a que deux sans clefs) sçavoir, sept par-devant, un sur le côté, & trois derriere aaa. On y ajoute en haut un serpentin de cuivre de plus de deux pieds de long b. qu se recourbe en bas comme celui du Basson, & au bout duquel on place l’anche c. On s’en servoit pour jouer les basses dans les grands chœurs, où il faisoit un fort bel effet ; mais comme il fatigue la poitrine, le combat a fini sans doute faute de combattans, & on se sert à sa place de la contre-basse de Violon. Son étendue est la même que celle du Haut-bois ; c’est-à-dire, deux octaves qui commencent par l’ut au dessous de l’amila ».

François Alexandre Pierre de Garsault (1691 - 1776)

Le Notionnaire de Garsault n’est pas un ouvrage traitant uniquement de musique. Il y est aussi question, par exemple, des jeux de société. Le mode de sélection des informations rassemblées est à l’évidence directement lié aux centres d’intérêt de l’auteur.
Dans la partie « Des instrumens de musique », Garsault donne souvent des commentaires personnels, particulièrement intéressant dans la mesure où ils témoignent de l’évolution du goût musical en France dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.
Les instruments de musique sont classés selon leur usage. Le cromorne figure dans la catégorie des instruments « hors d’usage ».

Description du cromorne:
Le cromorne est décrit comme étant la contre-basse du hautbois, le basson étant pour Garsault la basse du hautbois. Pourtant la tessiture du cromorne n’est pas plus grave que celle du basson. Il faut donc comprendre le sens du mot contre-basse en fonction de son usage qui est de soutenir les basses dans les grands chœurs.
Le cromorne représenté sur la planche est composé des éléments suivants, partant du haut de l’instrument :
Anche, pirouette (?), bocal, corps supérieur, corps central, manchon pour le ravalement et pavillon évasé.
L’instrument des doté des clés suivantes :
Face antérieure : clés pour les trous de jeu 1, 3, 4, 6, clé de mib et clé de do.
Face postérieure : clé de liaison, clé de sol #, clé de si/sib grave.

Remarques:   
Ce modèle de cromorne peut être rapproché de deux instruments conservés, l’un estampillé « C. DELUSSE » conservé au musée de la musique de Paris, l’autre estampillé « I.C. HEISE » conservé à la Blasmusik-Akademie de Kürnbach.

Texte:
p. 627 : « Les différentes embouchures […] L’anche.
L’embouchure du Haut-bois, du Basson & du Cromorne, est un anche […] Nota : Comme l’anche du Haut-bois se met et s’enfonce dans un trou qui est au haut de sa tête ; pour le faire, on roule sur le mandrin avant de le lier, une petite lame de cuivre sur laquelle on lie le bas de l’anche, auquel elle reste, afin qu’il ne s’aplatisse pas quand on l’enfoncera dans le trou, ce qui ne se fait pas pour l’anche B. du Basson & celui du Cromorne, parce que leurs serpentin ou boccal entre dans la queue de l’anche ». (voir illustration)
p. 658 : Instrumens hors d’usage en France ; mais qui peuvent y revenir. Le cromorne.
Le Cromorne AA. est un instrument à vent & à anche. C’est la contre-basse du Haut-bois. Il consiste en un tuyau de bois de six pieds de haut, qui va toujours en s’élargissant comme le Haut-bois. Il est percé d’onze trous (dont il n’y a que deux sans clefs) sçavoir, sept par-devant, un sur le côté, & trois derriere aaa. On y ajoute en haut un serpentin de cuivre de plus de deux pieds de long b. qu se recourbe en bas comme celui du Basson, & au bout duquel on place l’anche c. On s’en servoit pour jouer les basses dans les grands chœurs, où il faisoit un fort bel effet ; mais comme il fatigue la poitrine, le combat a fini sans doute faute de combattans, & on se sert à sa place de la contre-basse de Violon. Son étendue est la même que celle du Haut-bois ; c’est-à-dire, deux octaves qui commencent par l’ut au dessous de l’amila ».


1761

Desprez

Paris

Schriftliche Quelle / Written source / Source écrite

München, Bayerische Staatsbibliothek, D-Mbs

Paed. pr. 1144

  • 100. Nicht zugeordnete Titel

Grande Ècurie, Cromornes, Trompettes marines, Hautbois, Fifres, Tambours, Timbales, Trompettes